Imprimer cette page

Presentation

  Depuis 1995, Christophe Pund draine sans relache les collectionneurs les plus avertis vers sa « Galerie des Damiers ». Chaque véhicule qu'il débusque est une pièce inédite chargée d'histoire....

  Des personnages attachants, Rétromobile n’en manque pas. Entre le brocanteur qui trouvera un carburateur pour votre Cottin-Desgouttes et le libraire qui vous vendra à prix d’or un numéro épuisé d’Automobiles Classiques, entre le galeriste qui se prend pour Kahnweiler et son poulain qui croit avoir le génie de Picasso, Rétromobile est une formidable galerie de portraits. Les exposants les plus attirants, ne sont pas forcément les plus bruyants. Depuis 1995, Christophe Pund draine sans relâche les visiteurs les plus avertis vers sa «Galerie des Damiers». Chaque année, il débusque des pièces inédites.

Triumph 8C Dolomite 1934


  Christophe Pund entretient une folle passion pour les objets qui racontent une histoire, qui détiennent des secrets, des confidences, des témoignages. Pour lui, une automobile ancienne est un objet parmi les autres, mais avec un supplément d’émotion que lui confère une vie souvent plus mouvementée, gravée parfois dans l’asphalte des circuits, une existence ponctuée d’émotions, de sensations, d’odeurs. Pour approcher les objets d’art, pour mieux les connaître, Christophe Pund voulait devenir commissaire-priseur. Il suivit des études de droit et travailla dans une première étude, chez Renaud Paul. Puis l’automobile a fini par prendre le dessus. Christophe Pund collabora avec Hervé Poulain : dès lors, l’esthète exerça l’œil de l’élève. En 1995, Christophe Pund décide de se lancer seul, il crée la Galerie des Damiers qu’il veut différente des autres. Le marchand veut s’éclipser derrière le passionné. Christophe Pund ne vend pas des produits, mais des histoires, des aventures d’hommes et de femmes.

  Quand une voiture passe entre ses mains, il l’étudie, fouille dans les mémoires et les archives, il reconstitue son parcours, interroge les témoins, constitue un dossier, reconstitue son pedigree. Pendant cette période transitoire, il s’approprie la pièce dont il finira par se séparer, la mort dans l’âme. Une seule des « ses » voitures a échappé au commerce : la Lotus Eleven. Acquise en 1987, c’est une version routière, très rare, une des vingt produites sur un total de trois cents modèles de ce type. Une voiture qui a accompagné son apprentissage de l’automobile, la découverte d’une esthétique, la fascination de la conduite… La Lotus ne le quitte pas ; elle est installée dans son bureau, sagement alanguie devant sa bibliothèque. Dans les dépendances de la maison, l’ambiance change. On se retrouve dans des granges comme on les rêve : un fatras de morceaux choisis, un éclectisme qui réunit pêle-mêle un châssis Brabham BT16 de Formule 3, une coque de Maserati A6 GCS, un capot de Matra qui a couru au Mans, une caisse de Corre-la-Licorne qui a sans doute elle aussi participé aux 24 Heures du Mans… La passion de l’automobile est le prétexte aux rencontres. Pendant plusieurs années, Christophe Pund organise de belles réunions à Montlhéry, sur des thèmes donnés : Matra, Panhard, Alpine, Delahaye, sont successivement à l’honneur. C’est aussi pour provoquer de nouvelles rencontres qu’il aime à se retrouver à Rétromobile chaque année.

  Serge Bellu ,
  Magazine Automobiles Classiques